» Catégorie : Culte


-5-Notre Dame de la Chaussée

Commentaires » 6

D’où vient ce nom de Chaussée ?

 De nombreux villages portent ce nom où  un nom d’origine plus ancienne. On trouve par exemple Villers- en-Cauchies , Sauchy-Cauchy,  Sauchy-Lestrée , Gognies-Chaussée . Ces dénominations sont des variantes de la même appellation picarde : La Cauchie ou Keuchie.

Ces villages  sont bâtis à proximité de chaussées antiques.

L’I.G.N. (Institut Géographique National) nous donne une définition dans son glossaire des noms de lieu.

 Cauchie : Route, levée de terre dans les marais : Chaussée ; Picardie, Normandie, Flandre.

Notre-Dame-de-la-chaussée, à Valenciennes était une chapelle bâtie hors les murs de la ville à proximité de la chaussée  qui reliait deux garnisons Gallo-Romaines : Famars et Tournai. Cette chaussée traversait Valenciennes, la cité aux 14 cours d’eau. Autrement dit : un marais.

 Simon Leboucq, prévôt, dans son  « Histoire ecclésiastique de la ville et conté de Valentiennes » a dessiné en  1650   une carte de Valenciennes telle qu’il estimait être en l’an 1008. Cette carte illustrant le miracle du « Saint Cordon » délivrant la ville de la peste. Voir ci-dessous la carte de Simon Leboucq.

Source Patrimoine numérique de la Bibliothèque de Valenciennes

Vous pouvez « zoomer » cette image.

 Le repère 6 (en bas) indique la Chauchée (actuelle rue de Famars) après avoir été également appelée Rue de Cambray.

Le repère 7 (en haut) indique le pont Néron. C’est le pont qui permettait la traversée de l’Escaut. Emplacement actuel : approximativement sous la place  De Gaulle.  La chaussée continuait jusqu’à Escaupont  où elle retrouvait la chaussée antique, dite Brunehaut, Bavay-Tournai.

Le pont Néron.

Voir enluminure ci dessous qui porte comme description: Construction du pont de Néron et de la route à Famars. Enluminure datée de 1447 de Roger Van Weyden.

Bien sûr le pont Néron ne se trouvait pas à Famars, mais beaucoup d’écrits localisaient Valenciennes en Fanum Martensis (Famars).

IRPA KIK

 Attention : La copie de cette photo est interdite sans en avoir obtenu les droits de réutilisation. Cette photo est sous copyright © KIK-IRPA , Bruxelles .

N° de dossier Z006477 pour ce blog. Source : Institut Royal du patrimoine artistique. Bruxelles : Lien vers le site de l’ IRPA : Cliquez ici

La chapelle Notre dame de la chaussée.

Cette chapelle a été bâtie vers 750 par ordonnance de Pépin-le-Bref père de Charlemagne, mais celle-ci, comme celle de St Nicolas, demeurèrent longtemps non fréquentées à cause de leur situation extra muros mais surtout du fait que le valenciennois était quotidiennement pillé tantôt  par les Wandales, tantôts par les Danois et Gotz. (D’après un texte de Simon Le Boucq).

Quand Bauduin l’ édifieur entrepris de reculer les murs d’ enceinte de Valenciennes la chapelle se trouva en ville et devint paroisse le 2 Août 1186. Les religieux de St Saulve dont dépendait la paroisse, ainsi que les paroissiens agrandirent à force de travaux la chapelle qui devint une des plus grandes églises paroissiales de la ville.

Ci-dessous un extrait de la carte de Georgius Braun (1541-1622) géographe et cartographe Allemand montrant :

-En Orange : La chaussée (actuellement rue de Famars).

-Cerclée de rouge : Notre-Dame-de-la-Chaussée.

Carte de Braun rev 1

Source Carte de Georgius  Braun

En 1650 Simon Leboucq avait  représenté cette église dans son « Histoire ecclésiastique de la ville et conté de valentiennes ». En 1844 Arthur Dinaux fait imprimer ce livre et Henri Macaire en redessine les édifices religieux. Ci dessous Notre-Dame-de-la Chaussée d’ Henri Macaire.

Source: Patrimoine numérique de la bibliothèque de Valenciennes.

Vous pouvez zoomer cette image pour en apercevoir les détails.

Regardez la petite porte à gauche de la lithographie  c’est ce qui reste actuellement de l’église. Photo prise cour de la chaussée. (La cour de la chaussée se trouve en face de l’Auberge du bon fermier).

??

En 1599, pour mettre en valeur la table d’autel, les paroissiens firent peindre une « Adoration des mages » par Martin de Vos.

 Ci-dessous « l’adoration des mages » de Martin de Vos .
Adoration des mages. Martin de Vos. 1569 pour ND de la chaussée. Musèe des bx arts.Vlls

Musée de Valenciennes. Source: Cliquez ici

Anecdotes

-Extrait des « Petites affiches de Valenciennes » du 5 fev 1825 source : patrimoine numérique de la bibliothèque de Valenciennes.

« Le 6 Février 1569 Barbe Hollande, jeune fille de Valenciennes, élevée dans le calvinisme, mais professant extérieurement la religion catholique, à cause de la terreur que le duc d’Albe répandait dans le pays, communie à l’église de Notre-Dame-de-la-Chaussée de Valenciennes, pour se marier le lendemain. Après la communion, on la voit rejeter l’hostie sainte. Malgré sa jeunesse et sa beauté, cette fiancée, âgée de 17 ans, est condamnée à être brulée vive, et on l’exécute  le 10 du mois suivant ».

-En 1349 une épidémie régnait à Valenciennes au point que le cimetière de l’église devint vite insuffisant. Les magistrats acquirent alors une pièce de terre pour la paroisse de la chaussée. C’est cette terre qui fût appelée par la suite l’Atre de Gertrude et qu’une chapelle y fût construite.
De l' Attre de Gertrude simon Leboucq

Source:Patrimoine numérique de la Bibliothèque de Valenciennes

Fin de l’article

–>§<–

La légende de l’ Atre de Gertrude : Cliquez ici

-4-Nicolas de Myre

Commentaires » 4

La légende

Les « anciens » se souviennent que le soir du 5 décembre nous mettions notre paire de chaussures à coté du poêle à charbon de la maison. Ce n’était pas pour les réchauffer, de toute façon le feu s’éteignait pendant la nuit, c’était dans l’espoir que Saint Nicolas viennent y déposer une friandise. Pour le remercier par avance on plaçait une carotte dans nos chaussures pour l’âne qui l’accompagnait. Le matin on découvrait que la carotte avait disparu, et qu’un Saint Nicolas en pain d’épice et quelques friandises  avaient été déposées.

Saint Nicolas (270-345) évêque de Myre  est surtout fêté en Lorraine, en Belgique et dans le Nord de la France. En Belgique, pour les petits Belges, St Nicolas a été longtemps  plus  important que le père Noël. (À noter que Noël n’est pas uniquement une fête religieuse, c’est la renaissance du soleil lors du solstice d’hiver. Les catholiques fêtent la Nativité).

 On ne nous a jamais raconté la légende de Saint Nicolas, cela valait mieux car il s’agit d’une histoire pire que les contes des frères Grimm la voici:

Bien que destinée aux enfants, une des légendes de Saint-Nicolas est plutôt effrayante « Ils étaient trois petits enfants qui, s’en allaient glaner aux champs. Perdus, ils demandèrent l’hospitalité chez un boucher qui ne trouva rien de mieux que de les tuer, les découper et les mette au saloir.

Saint Nicolas vint à passer sept ans plus tard et demanda à son tour l’hospitalité. Il insista pour manger le petit salé préparé sept ans plus tôt. Le boucher s’enfuit et Saint Nicolas ressuscita les trois enfants. »

Vous trouverez une documentation détaillée concernant St Nicolas et ses autres miracles  en cliquant ici.

 

Statue et représentation de Saint Nicolas.

Statue et vitrail de l’église Saint Nicolas de la ville de Rombies-et-Marchipont.

Saint Nicolas à Marchipont

Ces deux photos illustrent bien la légende.(Photos: Michel Lemoine)

Ci dessous l’église Saint Nicolas de Marchipont

??????????????????????

La photo de plusieurs églises « Saint Nicolas » aurait pu certainement être placées ici, mais j’ai préféré éditer celle de Marchipont. (voir son histoire en cliquant ici)

L’histoire de l’ église Saint Nicolas de Valenciennes

À l’heure actuelle l’église que nous appelons encore église Saint Nicolas est un auditorium installé dans l’ancienne chapelle des Jésuites désacralisée.

Chapelle des Jésuites

Retrouvez l’histoire de cet auditorium en cliquant ici  source Hainautpedia

On peut encore découvrir sur l’imposte du portail un médaillon montrant Saint Nicolas.

??????????????????????

Il existait auparavant une paroisse et une autre église Saint Nicolas à Valenciennes,

En l’année 1650  Simon Leboucq trace un plan montrant le parcours en 1008 d’un ange ceignant  la ville d’un Saint cordon la protégeant de la peste. En 1882 Edouard Mariage redessine ce plan sans faire apparaître le tracé du Saint Cordon.

On retrouve:

Repère 5: La chapelle St Nicolas

Repère 17: La porte Caradoc (Cardon)

Repère 7: Le pont Néron

Repère 6: Notre Dame de la Chaussée (Voir autre article de ce blog en cliquant ici)

 

Valenciennes en 1008 S. Leboucq

Source Cliquez ici.Patrimoine numérique Ville de Valenciennes.

 

Ci dessous l’église Saint Nicolas telle qu’elle était en 1650.(Dessin de Simon Leboucq) Source patrimoine numérique de la bibliothèque de Valenciennes.

Utilisez la souris de votre PC pour agrandir le dessin de Simon Leboucq.

Ci dessous le texte de Simon Leboucq. ( Attention c’est du vieux Français, toutefois encore lisible et compréhensible.)  moins compliqué que les textos :-)

« L’église paroissiale de Sainct-Nicolas en Valentienne print son commencement d’une chapelle bastie hors l’enclos des murailles de la ville, environ l’an 750, par ordonnance de Pépin-le-bref, mayre du palais d’ Austrasie et père de ce grand empereur Charlemaigne, et ce en lieu nommé « cousture », qui jusques à présent retient iceluy nom, faisant aussy lors jecter les fondemens de la chappelle de Nostre-Dame-de-la-Chauchée, depuis lequel temps ces chappelles demeurèrent peu fréquentées à cause de leur scituation et que le plat pays estoit journellement fouragé, tantost par les Wandales, tantost par les Danois et Gotz, en sorte que le peuple Chrestien et catholicque ne s’osoit escarter hors des villes; mais la rage et fureur des ennemis de la foy estant cessée, elles commencèrent à s’augmenter et furent données aux prieurs et religieux de St Saulve, comme il peut apparoir par une bulle du pape Lucien second. »
 Le livre de Simon Leboucq a été réédité par H.Dinaux en  1844, les dessins de Simon Leboucq ont été interprétés par Henri Macaire . Ci dessous l’ église St Nicolas re-déssinée.

 Utilisez la souris de votre PC pour agrandir le dessin d’Henri Macaire

C’est en 1186 d’après Simon Le Boucq que la chapelle Saint-Nicolas située sur la rive droite de l’Escaut (place Verte actuelle) aurait été érigée en paroisse, suite au démembrement de la paroisse Saint-Géry. Simon Leboucq précise que la construction de la nef incomba aux paroissiens, celle du choeur à l’abbaye de Saint-Saulve dont dépendait la cure, et que l’édifice fut considérablement agrandi au XVe siècle. L’église fut détruite durant la Révolution.

  L’édifice se présentait sous l’aspect d’une haute tour à six niveaux, tous éclairés à l’ouest par une fenêtre. À la base, s’ouvrait un grand portail avec trumeau médian et tympan sculpté et, au dernier niveau, une grande horloge fut substituée à l’une des fenêtres. Des échauguettes d’angle prouvent qu’on avait envisagé de construire une flèche, mais on s’est finalement contenté d’un petit beffroi en charpente recouvert d’une toiture en hache. (Source: Patrimoine numérique de la bibliothèque de Valenciennes)

Ci dessous un parchemin du XVème siècle montrant la confrérie Saint-Nicolas de Valenciennes se rendant à l’église Saint Nicolas. ( Source patrimoine numérique de la bibliothèque de Valenciennes)

.

 

Ci dessous un extrait du plan de la ville de Valenciennes tracé par Jacob Deventer.(≈1500/1575)

Emplacement église Saint Nicolas

Pour vous y retrouver j’ai surchargé la carte de quelques repères: La place verte, la place d’Armes, le beffroi.. L’église saint Nicolas est intra-muros .

Source Bibliothèque Royale de Belgique Carte Deventer http://uurl.kbr.be/1043868

L’église Saint Nicolas a été détruite à la révolution, mais il en reste quelques ruines derrière le musée de Valenciennes.

 -Le parvis de l’église

Parvis de l' église

-Vue latérale de la nef.

Vue latérale de la nef

-Dalle funéraire restante

Dalle funéraire

-Vue de « l’intérieur » de l’église

Vue de l'intérieur

Lorsque vous monterez ces escaliers pour vous rendre au marché de Valenciennes vous vous souviendrez peut-être qu’à une époque les Valenciennois empruntaient ces marches pour entrer dans une église.

 —§—

 

LICENCE  CC-BY-NC-SA  Les photos personnelles de ce blog sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour les autres, la source est citée.

 —§—

 

-3-Cachez ce Saint ! (Dixit Pie X)

Commentaires » 1

Quel est ce Saint qu’un pape, en 1906, voulait cacher et en interdire toute représentation ?

Il s’agit de Saint Expedit, commandant romain en Arménie de la IIème légion (celle créée à l’origine par Jules César). Il s’était converti au Christianisme, il fut supplicié et décapité pour cette raison le 15 Avril de l’an 303. Le problème est que ce commandant n’aurait, d’après les Hagiographes* et l’église, jamais existé.

Les recherches des Bollandistes* ont été transmises au Vatican et ont démontré que le culte de St Expedit était une affabulation. En effet il s’agirait d’une erreur de copie : Elpedius (autre officier Romain) aurait été calligraphié Expeditus. D’autre part le terme expeditus s’appliquait à des troupes légèrement armées, donc rien à voir avec le nom du Saint.

Elpedius

Photo extraite du film « Cachez ce Saint »de Bernard Crutzen (2010) source Viméo plateforme Rundok . https://vimeo.com/123810956

L’expansion du culte s’arrête net en 1906. Cette injonction se heurte alors à des résistances du bas clergé tant le Saint est vénéré. Nous verrons plus loin quelle en est la raison.

En 1965 lors du concile Vatican 2, Expedit est officiellement banni, ses représentations devront être supprimées.

Cependant en visitant quelques églises encore ouvertes dans notre Valenciennois j’y ai découvert plusieurs statues qui font de « la résistance ». L’orage est passé, la foi de ses admirateurs les plus fervents a été la plus forte, d’ailleurs la dernière édition (2001) du Martyrologium Romanum*  l’a déjà réintégré.

Ci-dessous quelques prises de vues dans des églises du Valenciennois.

Saint Expedit Somain et Thivencelle - Copie

Saint Expedit Anzin et Raismes - Copie

Saint Expédit est généralement représenté, en couleurs vives, en officier romain, tenant, en main gauche la palme du martyr, et en main droite une croix en bois gravée de l’inscription HODIE, « aujourd’hui » en latin

 Un pied écrase le corbeau, symbole de l’ange des ténèbres, portant l’inscription de son croassement : CRAS CRAS, « demain demain ». (source Wikipédia).

Pied de St Expedit sur corbeau

Quelle est l’origine de ce culte basé sur une mauvaise interprétation ?

La légende

Des religieuses de l’Ile de la Réunion demandèrent au Vatican qu’on leur fasse don de quelques reliques* pour leur nouvelle chapelle. Elles reçurent comme prévu les reliques d’un Saint mais ne trouvèrent comme indication que ce qui était écrit sur l’emballage « Expeditus » suivi d’une date. Il n’en fallait pas plus pour que naisse ce nouveau saint et son culte.

Le culte

Sur l’île de la Réunion, c’est une véritable divinité : un saint pas très catholique, à qui l’on peut demander d’expédier quelques basses besognes. Au Brésil, il fait l’objet d’une dévotion populaire spectaculaire et porte haut l’étendard de l’Eglise officielle.

A San Paolo,  Saint Expedit est le saint Patron de la police militaire et des services de secours, il est présenté à la foule juché sur un camion de pompier.

Sao polo

Photo du film « Cachez ce Saint » (Voir en bas de page)

Pourquoi une telle ferveur ?

Saint Expedit est le Saint des causes urgentes, médiateur des procès, réussite aux examens, permis de conduire. Mais attention c’est un Saint susceptible et capable de vengeance on ne demande pas n’importe quoi à Saint Expedit !

Ci-dessous des photos prises dans l’église de Maroilles.

P1236493

Que lit t’on sur son piédestal ?:

??????????????????????

C’est le Saint des causes urgentes

Des cierges  sont vendus à l’entrée de l’église ainsi que des médailles :   

20170409_164326 - Copie 20180125_141756

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ex-voto

 

Dans certaines églises les ex-voto* ne manquent pas, des bouquets de fleurs sont régulièrement déposés.

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant une surprise:

-Dans le film « un drôle de Paroissien » de Jean-Pierre Mocky sorti en 1963 on voit Bourvil qui tente de piller son premier tronc avec un caramel accroché à une ficelle. Il n’y arrivera pas car il sera dérangé. Il s’agit du tronc de Saint Expedit.

Un drole de paroissien.

Fin de l’article

La signification des mots accompagnés d’un astérisque  rouge * se trouve dans la page « Lexique ». Colonne de droite.

->§<-

Source principale de cet article :

 « Cachez ce Saint »de Bernard Crutzen (2010) source Viméo plateforme Rundok . https ://vimeo.com/123810956

Des photos et des textes sont tirés de ce film (à voir)

    -§-

LICENCE  CC-BY-NC-SA  Les photos personnelles de ce blog sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour les autres, la source est citée.